En France, nous sommes nombreux à vouloir devenir propriétaires de notre maison. Mais devant le coût élevé de cette opération, de plus en plus de personnes se tournent vers un habitat plus léger : les tiny houses. La tiny house correspond à un projet de vie écologique et responsable, nécessitant moins d’espace et de terrain. Voyons ensemble à quoi elle correspond, ce que la loi impose et quels avantages et inconvénients elle présente. Ces micromaisons en bois sont-elles faites pour vous ?

 

Une tiny house, qu’est-ce que c’est ?

Il y a peu de temps, nous vous expliquions qu’il était possible de voyager plus écolo. Saviez-vous qu’il était possible de l’être encore plus, au quotidien, en optant pour une maison minimaliste et écolo ? Le mouvement tiny house, qui prône le retour à une certaine sobriété dans la manière de se loger, est né à la fin des années 90 aux Etats Unis, en réaction à la taille des maisons toujours plus grandes. C’est en 2005, après l’ouragan Katrina, qu’apparaissent vraiment les tiny houses pour offrir des logements de secours aux sinistrés. Elles commencent ensuite à se développer dans les villages vacances, les complexes de loisirs et les parcs d’attractions américains. Leurs ventes explosent lors de la crise financière de 2007. Il faudra attendre 2013 pour que la tiny house fasse son apparition en France.

L’expression « tiny house » vient de l’anglais et signifie « maison minuscule ». Parfois appelée micromaison, la tiny house est une mini maison mobile dont la surface se situe entre 10 et 40 mètres carrés. Si au départ elle a servi à construire des bureaux de jardin, des studios extérieurs pour accueillir les amis ou la famille ou des résidences secondaires, elle est maintenant utilisée comme résidence principale. Généralement construite en bois sur un châssis en acier avec 4 à 6 roues de remorque, elle comprend un séjour, une cuisine, un espace nuit en mezzanine, une salle d’eau, des toilettes sèches et de nombreux rangements aménagés dans le moindre espace disponible. Elle est transportable sur une remorque, mais si vous souhaitez la poser sur des fondations, vous devrez faire une déclaration préalable de travaux. 

Que dit la loi sur les tiny houses ?

Si vous décidez de vivre dans une tiny house, vous devrez vous conformer à la règlementation. En 2014, la loi Alur a mis fin à un vide juridique sur les habitats alternatifs (tiny house, roulotte, mobil home, yourte…). Elle les a reconnus comme résidences principales et a fixé des règles pour ces habitations mobiles et démontables.

En ce qui concerne les dimensions de votre tiny house, vous devez respecter certaines normes : elle ne doit pas dépasser 2,55 mètres de large, 12 mètres de long, 4 mètres de haut et son poids ne doit pas excéder 3,5 tonnes. 

En matière de stationnement, votre tiny house peut demeurer sur un terrain privé pendant trois mois sans déclaration. Au-delà de trois mois, vous devez la déclarer à la mairie de la commune où vous résidez. Cette dernière peut d’ailleurs vous indiquer les « zones pastilles », c’est-à-dire les zones inconstructibles, où l’on peut installer des habitats mobiles et démontables. Si votre tiny house dépasse les 20 mètres carrés, vous devrez faire une demande de permis de construire.

Concernant les taxes, la tiny house n’est pas considérée comme une maison. Vous ne payez donc pas de taxe foncière, mais une taxe annuelle de 150 euros maximum comme pour les caravanes. C’est pourquoi certaines municipalités ne sont pas très favorables à ce genre d’habitat qui rapporte moins en taxes que les maisons traditionnelles.

Vous devez également souscrire deux assurances pour votre tiny house : une assurance habitation puisqu’elle est considérée comme une maison et une assurance automobile si vous la déplacez.

 

Vivre dans une tiny house : quels sont les avantages et les inconvénients ?

Les avantages :

Un prix de construction moins élevé

Une tiny house coûte entre 30 000 et 65 000 euros si vous l’achetez auprès d’un constructeur français. Vous avez cependant la possibilité de la réaliser à moindre coût en autoconstruction. Le prix au mètre carré de la tiny house s’avère plus faible qu’une construction classique et vous permet de devenir propriétaire avec un budget plus restreint. Par ailleurs, la taxe sur les tiny houses est bien moins élevée que la taxe foncière sur une maison classique et vous ne payez pas de taxe d’habitation. 

Un mode de vie différent

Vivre dans une tiny house est souvent un projet de vie alternatif pour des personnes sensibles à l’écologie et aspirant au minimalisme. Elle permet de diminuer l’empreinte écologique de son logement et de moins consommer d’énergie et d’eau (faible surface à chauffer, panneaux solaires, douche en circuit fermé, toilettes sèches…). Elle incite aussi à consommer plus responsable : dans une tiny house, seul l’essentiel a sa place. En outre, elle offre la possibilité de déplacer sa maison pour ceux qui, épris de liberté, souhaiteraient expérimenter un mode de vie nomade.

Les inconvénients :

Un espace réduit

Vivre dans une tiny house ne s’adresse pas à tout le monde. Le manque d’espace peut être difficile à supporter pour certaines personnes, de même que le manque d’intimité. Ainsi, il paraît compliqué d’envisager cette expérience avec des enfants. Il faut également réaliser un tri important dans les objets et vêtements que vous pourrez conserver dans ce petit espace, même s’il est très optimisé.

Moins de confort

Une tiny house nécessite de renoncer au confort d’une maison standard et notamment à certains équipements. Fini les lave-vaisselles, lave-linges et frigos au format familial ! Fini les écrans géants ! Et bonjour les toilettes sèches ! Ce mode d’habitation présuppose de vouloir vivre de manière plus frugale et d’aspirer à une certaine déconsommation. Serial shoppers, oubliez l’idée !

 

Vous savez maintenant ce qu’est une tiny house et quelles contraintes la législation impose pour ce type d’habitat léger. Si votre projet de maison est aussi un projet de vie, que vous aspirez à plus d’écologie et moins de consommation et que vous acceptez de vivre dans moins d’espace et avec moins de confort, les tiny houses sont sans doute faites pour vous. En France, les constructeurs sont de plus en plus nombreux à proposer ce type de maisons et vous trouverez sans problème celui qui pourra vous construire le cocon en bois de vos rêves. Alors, prêt pour tenter l’aventure tiny house ?

Les questions de Nousagi : 

Connaissiez-vous les tiny houses ? Envisageriez-vous de troquer votre appartement ou votre maison traditionnelle pour une maison plus écologique