Saviez-vous que la France est le premier pays producteur d’œufs en Europe ? En 2017, elle en a produit près de 15 milliards. L’œuf représente une source de protéines animales moins chère que la viande ou le poisson. Les œufs se cuisinent de nombreuses manières, à la fois en utilisant l’aliment brut (à la coque, mollet, au plat, en omelette…) ou dans des préparations (quiches, tartes, gâteaux…). Les Français en consomment en moyenne plus de 200 par an. Mais les consommateurs sont maintenant très attentifs à la qualité des œufs qu’ils achètent et de plus en plus sensibles au bien-être des poules dans les élevages. Poules élevées en cage, au sol, en plein air ou en bio, savez-vous ce qui se cache derrière ces appellations et à quoi correspondent les codes œufs 0, 1, 2 et 3 ?

Le marquage des œufs, comment ça fonctionne ? 

Le marquage des œufs est obligatoire en France. Il garantit la traçabilité du produit et permet de limiter les risques sanitaires. En effet, les œufs sont des produits animaux susceptibles de transmettre des bactéries comme les salmonelles, dangereuses pour la santé des consommateurs, voire même mortelles dans certains cas. Les éleveurs de poules pondeuses sont ainsi tenus d’effectuer régulièrement des prélèvements pour analyser la présence ou non de salmonelles dans leur élevage.

Le code qui figure sur les œufs, réalisé avec un tampon encreur et une encre alimentaire, comporte des chiffres et des lettres qu’il faut savoir décrypter pour choisir vos œufs en toute connaissance de cause. Prenons par exemple le code 0FR1176. Le premier chiffre indique le type d’élevage (en cage, au sol, en plein air ou en bio). Les deux lettres suivantes correspondent au pays de production. Les derniers chiffres identifient l’élevage. Dans notre exemple, il s’agit d’œufs biologiques (0) produits en France (FR) par l’éleveur numéro 1176.

Quand vous achetez des œufs sur le marché, vous devez vous montrer vigilants. Certains œufs présentés dans un joli panier rempli de paille sont parfois vendus pour des œufs de plein air par des personnes peu scrupuleuses, alors qu’en fait ils proviennent d’élevages en cages…

Alors, ouvrez bien l’œil et découvrez ce qui se cache vraiment derrière les 4 catégories d’œufs existantes.

 

Code 3 : œufs de poules élevées en cages 

67 % des poules sont encore élevées en cages en France (chiffres France Agri Mer 2018). Ces poules vivent entassées dans de petites cages collectives de 45 cm de haut, où elles ne peuvent pas bouger, ni même étendre leurs ailes. Les cages sont alignées du sol au plafond dans des bâtiments fermés et sans fenêtres et les poules ne voient jamais la lumière du jour.

Depuis 2012, la réglementation européenne a imposé l’obligation d’aménager ces cages, mais elles ne répondent toujours pas aux besoins naturels des poules : gratter la terre pour picorer des vers et des insectes, prendre un bain de poussière pour se nettoyer des parasites, se percher, construire un nid. La vie en cages engendre donc chez les poules des troubles du comportement et les poules s’agressent entre elles en s’arrachant les plumes. C’est ce que l’on appelle le picage. Ainsi, on leur épointe le bec, c’est-à-dire qu’on leur coupe le bout du bec pour qu’elles ne se blessent pas. Vous l’aurez compris, ces conditions de vie sont désastreuses pour les animaux. 

  • Densité en bâtiment : 750 cm2 par poule, soit un peu plus de 13 poules par m2 (l’équivalent d’une feuille A4 par poule)
  • Parcours extérieur : aucun
  • Taille maximale du cheptel : pas de limite. Certains élevages abritent jusqu’à 50 000 poules, voire 100 000. Un record a même été atteint dans le département de la Somme avec un élevage de 500 000 poules. Cette concentration d’animaux favorise évidemment les problèmes de santé chez les poules et la mortalité est élevée dans ce type d’élevage. Leurs déjections contiennent notamment beaucoup d’azote qui emplit l’air des bâtiments et qu’elles respirent en permanence.

Code 2 : œufs de poules élevées au sol 

Les poules élevées au sol vivent dans de grands bâtiments fermés et elles n’ont pas accès à un espace extérieur. Elles ne sont pas enfermées dans des cages, ce qui représente un mieux par rapport aux poules élevées en batterie, et elles ont un comportement plus proche de leur comportement naturel. Leur concentration dans les bâtiments reste cependant élevée et les bâtiments disposent rarement de fenêtres qui leur laissent voir la lumière du jour.

  • Densité en bâtiment : 9 poules par m2 (soit l’équivalent d’une feuille A3 par poule)
  • Parcours extérieur : aucun
  • Taille maximale du cheptel : pas de limite. Certains élevages abritent jusqu’à 20 000 poules avec les mêmes problèmes de santé inhérents à cette concentration d’animaux et à la saturation de l’air en azote.

Code 1 : œufs de poules élevées en plein air

Les poules élevées en plein air vivent dans des bâtiments avec un éclairage naturel et une litière, des perchoirs et des nids. Elles ont accès à un parcours extérieur avec de la végétation où elles peuvent explorer, gratter la terre et se nettoyer les plumes.

  • Densité en bâtiment : 9 poules par m2 (soit l’équivalent d’une feuille A3 par poule)
  • Parcours extérieur : 4 m2 par poule
  • Taille maximale du cheptel : pas de limite. Certains élevages abritent jusqu’à 15 000 poules avec toujours des problèmes sanitaires liés à la concentration d’animaux et à l’azote.

Code 1 : œufs de poules élevées en plein air + Label Rouge

Certains œufs de catégorie 1 bénéficient en plus du Label Rouge dont le logo figure sur l’emballage. Ce label correspond à un cahier des charges qui impose des contraintes supplémentaires aux éleveurs par rapport à un élevage en plein air classique et qui améliore un peu la condition de vie des poules.

  • Densité en bâtiment : 9 poules par m2 (soit l’équivalent d’une feuille A3 par poule)
  • Parcours extérieur : 5 m2 par poule
  • Taille maximale du cheptel : 6 000 animaux par bâtiment et 12 000 au total dans l’exploitation 
  • Alimentation : elle doit comprendre un minimum de 50 % de céréales et l’utilisation des colorants de synthèse est interdite. 
  • Traitements vétérinaires : les médicaments sont interdits dans un but de prévention des maladies.

Code 0 : œufs de poules élevées en agriculture biologique

L’élevage des poules en agriculture biologique est le mode de production le plus respectueux de l’animal. Il garantit également un aliment plus sain pour le consommateur. Il est repérable au logo français « AB » ou européen en forme de feuille qui figure sur l’emballage.

  • Densité en bâtiment : 6 poules par m2
  • Parcours extérieur : 4 m2 par poule
  • Taille maximale du cheptel : 3 000 poules par bâtiment et 24 000 au total dans l’exploitation
  • Alimentation : elle doit être biologique à 95 % et ne pas contenir de colorants de synthèse.
  • Traitements vétérinaires : la phytothérapie, l’homéopathie et les oligo-éléments doivent être privilégiés et les médicaments ne peuvent pas être utilisés en prévention des maladies.

Des certifications privées comme Nature et Progrès, Demeter ou Bio Cohérence améliorent encore plus les conditions de vie des animaux et suivent un cahier des charges plus exigeant que celui de l’agriculture biologique, notamment en terme environnemental et social.

Vous l’aurez compris, le code de vos œufs est important pour acheter un aliment de qualité bon pour votre santé et privilégier un mode d’élevage respectueux des animaux. Si vous souhaitez pousser l’engagement encore plus loin, vous pouvez adopter une ou plusieurs poules, notamment des poules de réforme, destinées à l’abattoir. Si vous disposez d’un jardin, vous pouvez tout à fait l’envisager (les coquilles d’oeufs pourront même vous servir à faire votre propre compost ! ). Pour cela, rapprochez-vous des élevages près de chez vous ou d’associations de protection animale. Non seulement vous sauverez des animaux qui peuvent encore pondre, mais vous récolterez aussi chaque jour de bons œufs frais.

Les questions de Nousagi : 

Choisis-tu tes oeufs de poule en fonction des conditions d’élevage ? Si oui, quels code oeuf choisis-tu ?