La mode éthique, c’est fantastique !

La mode éthique, c’est fantastique !

Vous adorez la mode, mais vous avez conscience que cette industrie est très polluante ? Il est peut-être temps pour vous de passer à la mode éthique et d’acheter des vêtements plus écoresponsables. En France et dans le monde, de plus en plus de marques et de créateurs proposent des produits textiles plus respectueux des hommes et de l’environnement et avec une durée de vie plus longue. Vos vêtements peuvent donc maintenant venir de filières de production plus responsables et utiliser des matières naturelles comme le coton bio ou la fibre de bambou. Alors, et si on achetait moins, mais mieux ? On vous explique comment passer à un dressing plus durable et à suivre une mode éthique.

La mode éthique, qu’est-ce que c’est ?

Le concept de mode éthique fait son apparition dans les années 90 avec certaines grandes marques comme Patagonia. Cette marque californienne d’équipements sportifs est une des premières à se lancer dans l’écoconception de ses produits en créant des vêtements en coton bio et en PVC recyclé et en assurant gratuitement la réparation de ses vêtements. Elle s’engage par ailleurs activement pour la protection de l’environnement. En 2013, l’effondrement d’une usine de textile au Bangladesh fait plus de 1 000 morts et plus de 2 000 blessés et une conscience collective commence à s’éveiller sur la nécessité de changer la mode du pas cher et jetable. En effet, la fast fashion, ce sont des vêtements low cost produits dans des conditions de travail déplorables dans des pays en voie de développement, des collections toujours plus nombreuses générant un bilan carbone élevé et un énorme gâchis en matière de recyclage des vêtements. Récemment, de grands noms de la haute couture sont aussi passés à la mode éthique et ont créé des défilés eco-friendly, comme la styliste britannique Stella McCartney avec ses matières naturelles et recyclées ou le créateur belge Dries Van Noten avec ses fausses fourrures.

La mode éthique, qui apparaît en réaction à la fast fashion, englobe en fait différents termes de la mode responsable : 

  • la mode équitable, qui vise à améliorer les conditions de vie des travailleurs du textile
  • la mode écologique, qui cherche à réduire son impact environnemental 
  • la mode recyclée, qui fabrique des vêtements à partir de vêtements existants
  • la mode durable, qui limite le nombre de collections et incite à acheter moins, mais de meilleure qualité
  • la mode locale, qui favorise le Made in France et les circuits courts

La mode éthique a essentiellement pour but d’améliorer deux types de conditions : les conditions sociales et les conditions environnementales. Dans le domaine social, la mode éthique suit les principes du commerce équitable, à savoir procurer un salaire suffisant et des droits sociaux aux travailleurs du textile et interdire le travail des enfants. Les articles fabriqués peuvent être labellisés « Commerce équitable » comme pour le coton ou bénéficier des critères de la Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE), qui sont moins contraignants. En matière environnementale, les acteurs de la mode éthique cherchent à réduire leur empreinte écologique par l’utilisation de matières premières saines (biologiques notamment) ou recyclées, un respect des milieux naturels d’origine, une faible consommation d’eau et un transport limité.

Comment avoir un dressing plus éthique ?

1 – On achète moins de vêtements

La première option pour un dressing plus éthique est, vous vous en doutez, d’acheter moins de vêtements. Si vous aimez la mode ou si vous êtes serial shopper, passer à la slow fashion risque d’être quelque peu difficile pour vous. Pourtant, on peut acheter moins, mais mieux, en sélectionnant avec soin chaque vêtement acheté et en vérifiant son caractère éthique. Et en plus, en achetant des vêtements de qualité, vous vous assurez de leur plus grande durabilité. Oui, on peut être fan de mode et minimaliste. Et si vous décidiez par exemple que toute votre garde-robe doit tenir dans une seule armoire ? Cela nécessite sans doute de faire un premier tri dans les vêtements que vous possédez déjà. Tout comme pour éviter le gaspillage alimentaire ou apprendre à consommer en vrac, vous devez avant tout désencombrer vos placards. Eh oui, le gaspillage ne se produit pas que dans nos assiettes : nous avons également tendance à accumuler des vêtements que nous ne mettront jamais. Alors, on retrousse ses manches, et au boulot ! Pour cela, vous pouvez vous inspirer de la méthode KonMari inventée par la Japonaise Mari Kondo. Dans sa méthode de rangement désormais mondialement connue, elle conseille de ne garder que les vêtements qui nous procurent de la joie.

2 – On achète des vêtements d’occasion

Une des grandes tendances actuelles de la mode éthique est d’acheter des vêtements d’occasion. On pense tout d’abord aux magasins physiques : dépôts-ventes (très intéressants notamment pour nos enfants qui grandissent très vite), friperies, boutiques Emmaüs… A priori, les boutiques de seconde main ne font pas rêver grand monde, mais en fouillant bien on peut trouver de jolies pièces pas chères, parfois de grandes marques. Vous pouvez également participer à des vides dressings près de chez vous. Enfin, de nombreux sites en ligne vous permettront d’acheter des vêtements d’occasion. Le plus célèbre d’entre eux est Vinted. Vous trouverez aussi des sites qui proposent des vêtements plus haut de gamme comme Videdressing ou Vestiaire Collective. 

3 – On loue certains vêtements 

Qui n’a jamais retrouvé une robe ou un costume abandonné au fond de son dressing après n’avoir été porté qu’une ou deux fois ? Pour éviter cela, vous avez la possibilité de louer certains vêtements un peu exceptionnels sur des sites en ligne : vêtements de marque, de grossesse ou de soirée… Ce système de penderie collective vous permettra de limiter le gâchis ou de varier les plaisirs à moindres frais. Les vêtements que vous louez sont bien évidemment nettoyés dans un pressing avant envoi et vous payez votre location au forfait ou à la pièce.

4 – On achète éthique

Les marques classiques proposent certaines gammes ou certains vêtements éthiques. Regardez bien les étiquettes de leurs vêtements. En parallèle, de plus en plus de marques éthiques se développent et l’offre devient de plus en plus importante. Le coût élevé de ces vêtements peut être un frein pour vous, mais si vous achetez moins, cela ne vous reviendra pas forcément plus cher. Et si le nombre de clients augmente, les prix de ces vêtements éthiques vont fatalement finir par baisser. Pour découvrir des marques écoresponsables, nous vous conseillons de visiter le site SloWeAre, entièrement dédié à la mode éthique. Il référence les boutiques par ville et vous permet de trouver celles près de chez vous.

 

Si vous aussi vous en avez marre de la fast fashion et que vous souhaitez vous habiller en mode slow, de nombreuses options s’offrent à vous pour une garde-robe plus éthique : acheter moins, acheter d’occasion, louer, acheter éthique. Vous aurez ainsi la satisfaction d’aider des personnes à vivre dignement du fruit de leur travail tout en protégeant l’environnement. Alors, vous passez quand à la mode éthique ?

Les questions de Nousagi :

Prêt à suivre une mode plus éthique ? Si vous avez déjà adopter cette manière de consommer, quelles sont vos astuces pour garder le cap ?

Comment réduire votre gaspillage alimentaire ? Nos 10 astuces pratiques

Comment réduire votre gaspillage alimentaire ? Nos 10 astuces pratiques

À l’heure des grands défis écologiques pour sauver la planète, le gaspillage alimentaire est un enjeu majeur pour la plupart des pays développés. Des chiffres récents montrent qu’en France chaque habitant gaspille en moyenne entre 20 et 30 kg d’aliments par an. À l’échelle de la population toute entière, cela représente des tonnes de restes de repas et de produits périmés encore emballés qui finissent à la poubelle, alors que nous pourrions leur offrir une seconde vie. Il est donc grand temps de devenir des vrais consomm’acteurs et de passer à une consommation alimentaire plus responsable. De nombreuses astuces existent. Nous vous en livrons 10 pour limiter votre gaspillage alimentaire au quotidien.

 

1 – Rédigez une liste de courses

Un bon moyen de limiter vos achats de denrées alimentaires consiste à établir une liste de courses avant de partir faire votre shopping. Ouvrez votre frigo, votre congélateur et vos placards pour vérifier ce dont vous avez réellement besoin. Pour les plus organisés, vous pouvez créer un modèle de liste de courses. Il vous permettra de pointer vos besoins chaque semaine ou chaque mois et vous évitera d’oublier des produits qui vous sont nécessaires ou d’acheter trop d’un aliment qui pourrait se périmer avant que vous ne le consommiez.

 

2 – Faites vos courses le ventre plein

Saviez-vous que quand vous faites vos courses le ventre vide vous achetez plus de nourriture ? Des recherches scientifiques ont en effet démontré que quand on a faim, notre cerveau nous pousse à acheter plus d’aliments. C’est la ghréline, une hormone digestive sécrétée par notre estomac, qui augmente notre attirance pour des aliments caloriques gras et sucrés, mauvais pour notre santé.

Si vous faites vos courses à jeun, vous risquez donc d’acheter plus de nourriture que nécessaire et susceptible de finir dans votre poubelle. Le même phénomène se produit quand vous faites vos commissions en étant fatigué après une grosse journée de travail. Par conséquent, choisissez le bon jour et le bon horaire pour faire vos courses le ventre plein et en étant détendu.

 

3 – Organisez votre frigo

Bien ranger votre réfrigérateur vous permettra de conserver vos aliments plus longtemps. En effet, tous les frigos sont divisés en zones avec des températures différentes. Veillez donc à placer vos produits au bon endroit. Dans la plupart des réfrigérateurs, la zone la plus froide se trouve en haut. Placez-y tous vos aliments crus (viandes, poissons, laitages…). Dans la zone fraîche qui se trouve en dessous, vous rangerez vos aliments cuits.

Dans le bac du bas, vous stockerez vos fruits et légumes, idéalement en les séparant. Dans la porte de votre frigo, qui est une zone tempérée, vous placerez le beurre, les condiments, les sauces, les pots de confiture et les boissons. Vous pouvez également mettre les produits avec une date limite de consommation courte à l’avant de votre réfrigérateur.

 

4 – Surveillez les dates de péremption

Pensez à vérifier régulièrement les dates de péremption (DLC et DLUO) figurant sur l’emballage de vos produits. La Date Limite de Consommation (DLC) concerne les aliments périssables à conserver au frais. C’est la mention « à consommer jusqu’au ». Si vous les mangez au-delà de cette date, ils peuvent présenter des risques pour votre santé. La Date Limite d’Utilisation Optimale (DLUO) concerne les aliments non périssables. C’est la mention « à consommer de préférence avant le ». Contrairement à la DLC, dépasser la DLUO ne présente pas de risque pour la santé des consommateurs. Le produit pourrait cependant avoir un goût ou une apparence altérés.

 

5 – Consommez au-delà des dates limites

Certains aliments peuvent être consommés au-delà de leur date de péremption. Les yaourts par exemple sont mangeables jusqu’à un mois après leur DLC, car ce sont des produits animaux qui ont été transformés. Pour savoir si vous pouvez encore manger un aliment, vérifiez son aspect, sentez-le et goutez-en un petit morceau. Restez cependant très prudent sur les produits animaux bruts (viandes, poissons, crustacés, œufs, fromages au lait cru…) et respectez scrupuleusement leur DLC. Vous pourriez vous exposer à des bactéries très dangereuses et potentiellement mortelles, telles que les salmonelles ou les listeria.

 

6 – Préparez vos repas à l’avance

Vous avez sans doute entendu parler de la nouvelle tendance du batch cooking. Le batch cooking consiste à préparer en 2 à 3 heures tous vos repas pour la semaine. Il présente l’avantage de vous faire manger des plats cuisinés maison à partir d’aliments bruts et sains. Il vous évite de cuisiner chaque jour après des journées de travail parfois chargées où vous êtes fatigué et en manque d’inspiration. Le batch cooking vous oblige à planifier vos repas et à établir une liste de courses en conséquence. Fini les aliments achetés sans savoir quand et comment vous allez les cuisiner et que vous découvrirez un jour moisis au fond de votre frigo !

 

7 – Congelez vos restes

Vous avez cuisiné un plat et vous avez prévu une quantité pour une équipe de foot, alors que vous n’êtes que deux ? Pas de souci, vous pouvez tout à fait congeler les restes. La congélation est un procédé qui refroidit vos aliments progressivement jusqu’à moins 20 °C.

À cette température, le développement des bactéries est stoppé. Pour congeler vos restes, vous devez laisser refroidir votre plat, puis le placer dans une boîte ou un sachet fermés. Quasiment tous les aliments se congèlent. La congélation vous permet également d’acheter des produits frais en quantité importante. Ainsi vous pouvez profiter de certaines offres promotionnelles et vous avez toujours des aliments disponibles dans votre congélateur.

8 – Accommodez vos restes

Vous connaissez sûrement le pain perdu qui permet de transformer votre pain rassis en un délicieux dessert. Le web regorge de recettes pour accommoder tous vos restes. Cette pratique n’est pas nouvelle et a donné naissance à certains plats phares de notre gastronomie tels que le pot au feu. Ainsi vos restes peuvent être recyclés dans des soupes ou des plats mijotés. Par ailleurs, on ignore souvent que les épluchures et les fanes de légumes peuvent être cuisinées. Les fanes de carottes par exemple peuvent être transformées en pesto ou en soupe.

9 – Nourrissez votre animal de compagnie

Vos restes de repas peuvent servir à nourrir votre animal domestique ou celui de vos voisins. Chiens et chats en raffolent, car ils sont bien plus appétents que leurs croquettes ou pâtées. Attention cependant à ce que vous leur donnez. Certains aliments peuvent être dangereux pour leur santé.

Vous pouvez aussi décider d’adopter une poule qui vous fournira des œufs frais toute l’année. La poule est omnivore. Elle mange essentiellement des graines, mais vous pouvez lui donner vos restes de légumes notamment. Mais surtout ne lui donnez pas d’aliments au goût prononcé, sinon vous risquez d’obtenir des œufs « parfumés ». En effet, si vous donnez vos restes de poisson à votre poule, vos œufs auront un goût de poisson…

10 – Compostez

Le compostage est la phase ultime du recyclage alimentaire. Les aliments que vous n’avez pas pu recycler peuvent être compostés soit dans un composteur si vous possédez un jardin, soit dans un lombricomposteur si vous vivez en appartement. Le compostage permet de transformer vos restes alimentaires ainsi que vos déchets biodégradables en un engrais qui fertilisera vos arbustes et vos plantes ou qui nourrira votre potager.

Le composteur classique fonctionne grâce aux vers présents dans la terre qui dégradent vos restes d’aliments et les transforment en terreau. Le lombricomposteur fonctionne grâce à des lombrics que vous achetez et qui transforment vos déchets en un engrais liquide qui fertilisera vos végétaux tout comme le terreau issu d’un composteur classique.

Vous l’aurez compris, de nombreuses astuces existent pour réduire votre gaspillage alimentaire au quotidien. Depuis l’organisation de vos courses et de votre frigo à la préparation de vos repas et de vos restes jusqu’au recyclage de vos déchets alimentaires, manger écoresponsable ne nécessite qu’un peu d’organisation et l’envie de limiter son empreinte écologique. Chacun à son niveau peut y contribuer. Et n’oubliez pas que la meilleure idée pour moins gaspiller, c’est avant tout de moins acheter. C’est bon pour votre porte-monnaie et c’est bon pour la planète.

Les questions de Nousagi :

As-tu l’impression de gaspiller au quotidien ?

Depuis que tu en as pris conscient, as-tu réussi à modifier tes habitudes pour gaspiller moins