Slow Cosmétique : la révolution dans votre salle de bain

Slow Cosmétique : la révolution dans votre salle de bain

Si vous aimez la beauté et les cosmétiques, vous vous êtes sans doute déjà interrogé sur la liste des ingrédients qui figurent sur les emballages de vos produits préférés. Elle est souvent longue et incompréhensible pour des néophytes sans connaissance scientifique. Elle peut même être légèrement anxiogène, au vu des polémiques sur des substances telles que les sels d’aluminium ou les parabens, suspectées d’être des perturbateurs endocriniens. Pourtant, pour les soins de votre peau, il semblerait qu’une autre cosmétique soit possible. Il s’agit de la Slow Cosmétique

 

La Slow Cosmétique, qu’est-ce que c’est ?

Inspirée du mouvement Slow Food, la Slow Cosmétique est apparue en 2012 sous l’impulsion de Julien Kaibeck. Ce jeune Bruxellois découvre l’univers des massages et de la cosmétique lorsqu’il s’installe aux États-Unis. Assistant chez un dermatologue cosmétique, il côtoie de nombreux patients qui aspirent à l’éternelle jeunesse et qui sont traités à coup de Botox et de peelings chimiques. En réaction, de retour en Belgique, il se forme à la bioesthétique et ouvre le premier institut de beauté pour hommes à Bruxelles, où il dispense des soins naturels. En parallèle, il se forme aux huiles essentielles et à l’aromathérapie, qu’il enseigne en Belgique et en France. Il diffuse également son expertise de la beauté au naturel dans des magazines et intervient en tant que chroniqueur beauté dans des émissions de radio et de télévision belges et françaises. Il est aussi l’auteur de plusieurs livres et on l’a même surnommé « le Jean-Pierre Coffe de la beauté ».

En 2012, il crée l’association Slow Cosmétique et dépose la marque du même nom, reconnaissable à son logo en forme de tortue verte. Cette association regroupe des professionnels de la cosmétique, ainsi que des consommateurs sensibles à une cosmétique plus saine, plus éco-responsable et plus éthique.

Que contient la charte Slow Cosmétique ?

Le mouvement Slow Cosmétique est basé sur une charte dans laquelle figurent ses valeurs pour une cosmétique différente. Elle est basée sur trois grands principes : 

Une cosmétique saine

La Slow Cosmétique prône un retour au naturel. Exit les produits chimiques tels que les stabilisants, colorants et conservateurs, nocifs pour la santé. La Slow Cosmétique promeut l’utilisation d’ingrédients naturels et/ou biologiques dans ses formulations. Ses cosmétiques doivent posséder des formules avec le moins d’ingrédients transformés possible et ne pas recourir à des produits issus de la pétrochimie, de l’industrie plastique ou de la chimie de synthèse. Ils doivent répondre à des besoins réels de la peau.

Une cosmétique écologique

La Slow Cosmétique interdit l’utilisation d’ingrédients polluants pour l’environnement. Elle privilégie également des approvisionnements en circuits courts et le zéro déchet. Elle veille à respecter au maximum l’environnement et à réduire son impact écologique. Elle évite notamment d’utiliser des ingrédients ou des techniques polluants, dans toutes les étapes de production et de commercialisation de ses produits.

Une cosmétique éthique

La Slow Cosmétique interdit les tests sur les animaux et refuse toute exploitation animale. Elle implique aussi de ne pas formuler de fausses promesses et de faire preuve d’honnêteté envers les consommateurs. Elle se veut transparente sur les bénéfices de ses produits. Fini le greenwashing et les publicités à base d’images photoshopées ! De plus, elle vend ses produits au juste prix. Julien Kaibeck révèle qu’au-delà de 60 € la crème hydratante, on n’achète plus un produit, mais du marketing.

 

Comment est attribuée la mention « Slow Cosmétique » ?

La mention Slow Cosmétique est attribuée chaque année par l’association à des marques de cosmétiques qui s’engagent à respecter un maximum de critères de sa charte. Elle ne remplace pas les labels bio ou écologiques, mais les complète. Cette mention récompense des marques qui travaillent avec des formules de produits plus naturelles et respecteuses de l’environnement et qui pratiquent un marketing raisonnable. Pour évaluer ces marques, l’association vérifie un grand nombre de paramètres : ingrédients, approvisionnements, packaging, transport, prix, marketing, publicité… À l’heure actuelle, plus de 200 marques, essentiellement européennes, bénéficient de la mention « Slow Cosmétique » et du logo à la tortue. Pour obtenir cette mention, les marques peuvent candidater directement auprès de l’association ou être proposées par des consommateurs qui les ont repérées.

La mention comprend un système d’étoiles qui note les marques en fonction de leur degré de respect de la charte :

  • 1 étoile : la marque répond à plus de 65 % des critères de la charte
  • 2 étoiles : à plus de 75 % des critères
  • 3 étoiles : à plus de 90 % des critères

Comme dans le mouvement Slow Food, la Slow Cosmétique incite à consommer moins, mais mieux. Si vous aussi vous êtes sensible à ces problématiques de santé naturelle, de préservation de l’environnement et d’éthique, vous pouvez désormais passer aux cosmétiques slow en repérant le logo sur les produits que vous achetez. Et pourquoi pas, pour être encore plus slow, vous lancer dans la fabrication maison de vos shampooings, savons, déodorants et crèmes ? 

Les questions de Nousagi : 

Connaissiez-vous la slow cosmétique ? Choisissez-vous des cosmétiques portant cette mention ?