Tawashi tuto : Comment Fabriquer une Éponge Écolo facilement ?

Tawashi tuto : Comment Fabriquer une Éponge Écolo facilement ?

Comme la plupart des membres du commun des mortels, vous utilisez une éponge classique pour laver et récurer votre vaisselle. Et si nous vous disions que les éponges traditionnelles sont néfastes pour l’environnement, seriez-vous prêt à changer vous habitudes ? Nous avons opté pour une éponge tawashi pour faire la vaisselle : adieu les éponges synthétiques, bourrées de produits polluants, voire toxiques. Voici le tawashi tuto à suivre pour fabriquer votre éponge éco responsable et économique avec des matériaux de récup !

Tawashi tuto : pourquoi dire adieu à l’éponge traditionnelle ? 

L’éponge classique est très pratique : elle astique avec sa face jaune, gratte avec sa face verte. Elle permet de récurer assiettes, plats, couverts, bols, verres en un rien de temps et leur redonne une propreté éclatante. L’éponge traditionnelle peut sembler parfaite ; pourtant, elle comporte de nombreux défauts : 

  • Elle est peu durable : vous avez remarqué à quelle vitesse elle s’abîme ? Après quelques utilisations, elle finit à la poubelle. Une éponge jetable n’est pas vraiment idéale lorsqu’on veut adopter un mode de vie zéro déchet
  • Elle n’est pas biodégradable en fin de vie
  • Sa production est énergivore et peu écologique : les modes de production de l’éponge sont souvent pointés du doigt pour leur côté peu durable. Ils impliquent l’utilisation de ressources forestières ou fossiles et des procédés de production très énergivores
  • La face abrasive de l’éponge est conçue à base de nylon et de polyester. Elle est conçue au terme de multiples étapes de fabrication : les matières sont mélangées, chauffées, passées dans des bains de grains, puis agrémentées de liants et de colorants. Enfin, elles sont cuites puis collées sur l’éponge. Ce procédé de fabrication est très gourmand en énergie
  • Elle est souvent traitée à base de produits chimiques. Les éponges les plus communes (éponges synthétiques) sont fabriquées à partir de mousse de résine, qui est… Un dérivé du pétrole. L’éponge synthétique végétale, elle est souvent traitée avec des additifs et des produits chimiques

Vous vous dîtes sans doute  “ c’est bien beau, mais comment faire la vaisselle sans éponge ? “. Pas de panique : il existe une alternative écologique, zéro déchet et très économique à l’éponge jaune ! C’est parti pour un DIY rapide et facile à réaliser ! 

Qu’est-ce qu’un tawashi ?

Le tawashi est tout simplement une éponge japonaise. En traduisant mot à mot, on constate que le tawashi est une… Gratounette. Les Japonais l’utilisent aussi bien pour nettoyer la vaisselle et les meubles que pour réaliser des gommages du corps. 

Vous pouvez aussi, pensez simplement à fabriquer deux éponges tawashi. Évidemment, à chaque éponge son usage ! 

Le tawashi, au Japon comme ailleurs, est fabriqué avec des vêtements recyclés ou des chutes de tissu. Lavable en machine et réutilisable pendant très longtemps, fabriquée à partir de matières recyclées et durables, l’éponge tawashi est on ne peut plus écologique.

 

Fabriquer votre tawashi maison DIY

Le tawashi peut être fabriqué en tricot, ou avec un métier à tisser. N’ayant pas d’aiguilles à tricoter, et n’étant pas plus habile que cela de nos mains, nous avons décidé de vous présenter le tuto tawashi le plus simple à notre sens. Vous êtes prêt ? 

Tuto tawashi : le matériel

Pour confectionner votre première éponge écologique, vous allez avoir besoin :

  • D’une planche de 20 X 20 cm
  • D’une règle
  • D’un marteau
  • D’un crayon à papier
  • De 28 clous ( choisissez des clous assez courts, nous vous conseillons une longueur de 3 cm maximum. L’objectif est que les clous ne passent pas à travers la planche de bois, choisissez donc des clous adaptés à votre planche)
  • De vieux vêtements : vous pouvez utiliser de vieux t-shirt, des chaussettes ou encore des leggings ou collants épais. Évitez les tissus qui accrochent, comme la laine ou les vêtements à motifs en relief : la saleté s’y accrocherait très facilement et pourrait être difficile à désincruster
  • Des ciseaux

Nous avons tourné une petite démonstration vidéo pour vous. N’hésitez pas à la regarder : cela vous permettra de fabriquer votre éponge maison bien plus facilement ! 

 

    Tawashi tuto : construire le métier à tisser

    Construire le cadre de votre métier à tisser ne vous prendra que quelques minutes. 

    1. Munissez-vous de votre planche, de votre règle et de votre crayon à papier. 
    2. Tracez un carré de 16 X 16 cm, puis marquez des repères tous les 2 cm sur le contour du carré.
    3. Plantez vos clous sur les repères. 

    Ne faites pas la même bêtise que nous : inutile de planter des clous dans les angles du carré : vous ne passerez pas de tissu à ces endroits.

    Tawashi tuto : tisser votre éponge zéro déchet

    Passons aux choses sérieuses : la fabrication de votre éponge zéro déchet ! Ce tuto tawashi est assez simple, vous allez le constater. 

     

    1. Prenez vos vieux vêtements
    2. Équipé de votre paire de ciseaux, coupez 7 bandelettes de 3 cm de largeur dans les manches du t-shirt ou du legging. Renouvelez l’opération pour obtenir 7 bandes supplémentaires. Vous pouvez découper vos bandes dans 2 tissus différents pour obtenir un joli tawashi bicolore si vous le souhaitez
    3. Placez la première bande sur un clou du côté horizontal. Tirez cette bande pour la tendre sur le clou d’en face. Et ainsi de suite 😉
    4. Attaquons la deuxième rangée de bandes. Placez la première  bande sur le clou côté inverse (le côté vertical). 
    5. Pour rejoindre le clou face au premier clou vertical, passez votre bande comme ceci : une fois dessus, une fois dessous, une fois dessus, une fois dessous… Jusqu’à atteindre le clou.
    6. Placez le deuxième clou. Commencez cette fois par le passer sous la bande, sur la bande, sous la bande, sur la bande…
    7. Continuez à placer toutes les bandes en alternant toujours le début de votre tissage (commencez une fois dessous et la suivante dessus)
    8. Dernière étape :  réaliser la boucle finale de votre tawashi. Prenez la dernière boucle. Passez la deuxième boucle dans la première sans lâcher cette dernière. Lâchez la première boucle, puis renouvelez l’opération avec la deuxième et la troisième boucle. Et ainsi de suite jusqu’à avoir fait le tour de votre tawashi.

     

    Tawashi tuto : la méthode au tricot ou au crochet

    Il est également possible, comme nous l’avons évoqué, de réaliser un tawashi au tricot ou au crochet. Ces deux méthodes vous permettent de fabriquer des tawashi de différentes formes : en rond, en point d’abeille, ou encore des formes plus originales. 

    Pour rester écolo, essayez d’utiliser du fil ou de la laine de récup.

     

    Comment utiliser son tawashi ? 

     

    L’utilisation du tawashi est très facile : il s’utilise exactement comme une éponge classique pour faire la vaisselle. Vous pouvez également vous en servir pour nettoyer vos meubles, votre cuisine, votre plan de travail… Toutes les surfaces peuvent être lavées avec un tawashi. Il vous permettra de limiter vos achats de produits à usage unique, comme les lingettes nettoyantes. Vous pouvez nettoyer de nombreuses surfaces avec un simple tawashi et du vinaigre blanc, ou un produit nettoyant ménager maison.

     

    L’éponge tawashi lave bien et ne raye ni les meubles ni la vaisselle ! Certes, vous devrez frotter plus fort qu’avec le côté vert d’une éponge classique, mais vous ne risquez pas de faire de rayures. Le tawashi est donc idéal pour nettoyer les surfaces fragiles comme les plaques vitrocéramiques ou les poêles anti-adhésives. 

     

    Comment entretenir une éponge tawashi ? 

    Le tawashi est assez durable. Toutefois, il existe quelques astuces pour le préserver au mieux. Les saletés et résidus alimentaires se coincent facilement dans cette éponge tissée. Il est donc important :

     

    • De tisser soigneusement le tawashi : il ne doit être ni trop serré, ni trop lâche
    • Ne faites pas de noeuds dans les fils lors du tissage.
    • Entretenez votre tawashi régulièrement. Faites-le tremper dans du vinaigre blanc de temps en temps, afin de le désinfecter. Votre éponge doit toujours rester propre et hygiénique : n’oubliez pas que votre vaisselle  est en contact alimentaire permanent.
    • Le tawashi est lavable en machine. Nous vous conseillons de le laver à 60° afin de bien le nettoyer.
    • Rincez parfaitement votre lavette après avoir fait la vaisselle
    • Laissez toujours votre tawashi sécher entre chaque utilisation.

     

    Vous savez maintenant comment fabriquer votre tawashi en un rien de temps !

    Les questions de Nousagi :

    As-tu déjà réalisé une éponge tawashi ? Comment t’en es-tu sorti ? Es-tu satisfait du résultat ? 

    Quels fruits et légumes de saison consommer en automne ?

    Quels fruits et légumes de saison consommer en automne ?

    Depuis le 21 septembre, comme chaque année, nous sommes passés en automne. Il est temps de ranger son bikini et sa chemisette à fleurs au placard : l’automne vient ! Avec lui, la pluie, le vent, ou quelques rayons de soleil, selon le bon vouloir de la météo. Cependant, d’année en année, une chose ne change pas : les fruits et légumes de saison ne sont pas les mêmes en été qu’en automne !

    Au-delà du fait que vous aurez du mal à trouver certains fruits et légumes frais d’été en magasin, consommer de saison comporte de nombreux avantages. Ne pleurez pas trop vite vos fraises, cerises, melons et framboises : consommer de saison est plus sain, et la nature nous offre des fruits et légumes savoureux à chaque mois de l’année. On vous dit tout ! 

    Pourquoi manger des fruits et légumes de saison ? 

    Il existe une multitude de bonnes raisons de manger des fruits et légumes de saison. Manger local et de saison est intéressant autant sur le plan environnemental que sanitaire. C’est d’ailleurs, selon nous, un geste écologique facile à appliquer et un bon premier par vers une consommation plus responsable. Voici les avantages de la consommation de légumes et de fruits de saison : 

    • Ils répondent à nos besoins nutritionnels de la saison : la nature est bien faite, ce n’est plus à prouver. En automne et en hiver, les fruits et légumes de saison permettent de compenser le manque de soleil, redonnent du peps et de l’énergie. Grâce à eux, vous allez surmonter le petit coup de mou automnal en un rien de temps, en faisant le plein de vitamine C et de minéraux.
    • Ils sont moins chers : dans de nombreux esprits, consommer local et de saison revient à payer plus cher. Que nenni : consommer de saison rend service à la planète, mais aussi à nos portefeuilles. Ils demandent moins de transport, ce qui a un impact direct sur leur prix.
    • Ils sont riches en antioxydants : ces molécules protègent nos cellules des agressions du quotidien. Elles permettent de rester en forme et de prévenir l’apparition de certaines maladies.
    • Ils sont moins, ou non traités : un légume ou un fruit qui n’est pas de saison est généralement produit sous serre. Il est également aspergé de pesticides et autres substances nocives pour la planète et l’organisme pour compenser le manque de nutriments dans le sol et l’absence de soleil dû à la saison. Souvent, les fruits et légumes d’été disponibles en automne sont donc, soit traités de manière intensive, soit importés d’autres pays. Dans les deux cas, vous consommerez des produits pas vraiment sains…
    • Ils sont meilleurs : n’oublions pas ce point important : le goût ! Les fruits et légumes de saison sont meilleurs. Ayant grandi dans des conditions naturelles, ils ont plus de saveur. Vous en avez sans doute déjà fait l’expérience. L’exemple le plus parlant est les tomates hivernales : plus d’eau que de chair, elles ne sont pas vraiment agréables en bouche.
    • Ils sont variés : il est important d’avoir une alimentation variée. Sinon, on ne lasse, on ne prend plus plaisir à manger, on perd/ ou on prend du poids… Votre corps et votre esprit ont besoin de nouveauté pour rester au top. Cela tombe bien, il existe un nombre incalculable de légumes et de fruits à manger en automne !

    Vous savez maintenant pourquoi consommer des fruits et légumes de saison est une bonne chose. Ils sont tout simplement meilleurs pour vous et pour l’environnement ! Passons aux choses sérieuses : quels fruits et légumes consommer en automne ? 

    Quels fruits de saison en automne ? 

    Vous aimeriez obtenir un calendrier des fruits et légumes d’automne ? Votre voeu va devenir réalité (vous trouvez qu’on exagère un peu ? Mais non, pas du tout…). On peut penser que la saison des fruits s’achève en même temps que l’été. C’est faux : on ne consomme pas les mêmes fruits en été qu’en automne, mais les saveurs restent nombreuses et variées. Nous vous présentons tout de suite, pour commencer, les fruits de saison à manger en automne.

     

    Fruits de saison en octobre

    • La châtaigne
    • Le citron
    • Le coing
    • La banane
    • La figue
    • La tomate (oui, la tomate est un fruit)
    • Le raisin
    • La poire
    • La pomme
    • La noix et la noisette
    • Les groseilles
    • Le kiwi
    • Le kaki
    • La noix de coco
    • La mûre

     

    Fruits de saison en novembre

    • L’ ananas
    • La mandarine
    • L’ orange
    • Les pommes
    • La poire
    • La châtaigne
    • Les dattes
    • La banane
    • Le pamplemousse
    • La clémentine
    • La datte
    • La noix
    • La grenade

     

    Fruits de saison en décembre

    • La clémentine
    • La datte
    • Le kiwi
    • La mandarine
    • l’avocat
    • Le kiwi
    • Le litchi
    • Les marrons
    • La papaye
    • Le citron
    • La datte
    • La poire
    • La pomme
    • Le pamplemousse
    • La noix

    Quels légumes de saison en automne ? 

    Avec le froid arrive l’envie des bons plats en sauce, légumes, gratins, soupes… Vous allez le constater, il y a tout à fait moyen de se faire plaisir avec les légumes d’automne. Les légumes d’automne vous garantissent même des recettes à vous faire frémir les papilles, mais oui !  Malgré ce que l’on pourrait penser, il est également possible de craquer pour une dose de fraîcheur en cuisinant une bonne salade en automne

     

    Les légumes de saison en octobre

    • Le brocoli
    • La carotte
    • La blette
    • Le chou
    • La citrouille
    • Le céleri
    • La betterave
    • Le rutabaga
    • L’épinard
    • La courge
    • L’oignon
    • La pomme de terre
    • Le poivron
    • Le poireau
    • La laitue
    • Le maïs
    • Le panais
    • Le cèpe
    • Le potimarron
    • Le potiron
    • Le champignon de Paris
    • Le radis
    • Le topinambour

     

    Les légumes de saison en novembre

    • La courge
    • La carotte
    • L’endive
    • Le potimarron
    • Le potiron
    • Les épinards
    • Les champignons (cèpes et champignon de Paris)
    • La mâche
    • Le radis
    • Le fenouil
    • Le topinambour
    • Le rutabaga
    • Le chou

     

    Les légumes de saison en décembre

    • La citrouille
    • Le céleri
    • La courge
    • Le chou
    • La pomme de terre
    • Le poireau 
    • L’oignon
    • L’échalote
    • Les champignons
    • La betterave
    • La mâche
    • L’igname
    • Les salsifis

    Légumes et fruits d’automne : marchés et producteurs locaux

     Qui de mieux pour vous conseiller et vous donner le meilleur qu’un producteur ? Pour trouver des fruits et légumes de saison de qualité, n’hésitez pas à faire vos courses sur les étals des marchés et à rencontrer les petits producteurs de votre région. Cela vous permettra de manger local et d’être certain de consommer des aliments de saison.

    Vous pourrez également en profiter pour acheter vos produits en vrac et faire un geste supplémentaire pour l’environnement ! Cet article touche à sa fin : nous nous retrouverons très bientôt (pas trop vite, on veut encore profiter des températures douces et du soleil) pour un nouvel article sur les fruits et légumes de saison à consommer en hiver. See you very soon ! 🥦

    Les questions de Nousagi :

    As-tu l’habitude de consommer des fruits et légumes de saison ? Te sens-tu frustré ? 

    Si oui, quels fruits et légumes te manquent vraiment en automne ? 

    Vivre sans plastique sans se priver : est-ce possible ?

    Vivre sans plastique sans se priver : est-ce possible ?

    Vivre sans plastique, utopie ou réalité ? Vivre sans plastique est difficile : en effet, le plastique est partout dans notre quotidien. Bouteilles en plastique, emballages plastiques, plastique à usage unique, et flacons sont partout dans nos intérieurs. Pourtant, il n’est pas impossible de vivre sans plastique. Voici quelques astuces qui vont vous aider à remplacer le plastique par d’autres matériaux plus respectueux de la planète.

     

    Pourquoi vivre sans plastique ? 

    Il existe une multitude de raisons pour vivre sans plastique. Pour commencer, le plastique est fabriqué avec du pétrole. Pas besoin de vous faire un dessin : vous savez sans doute combien le pétrole est un matériau polluant ! Voici d’autres (super) bonnes raisons de faire une croix sur le plastique

     

    • Même dites recyclables, les bouteilles en plastique ne peuvent être recyclées qu’une fois (en général).
    • La plupart du temps, il n’est d’ailleurs pas recyclable du tout.
    • La plastique n’est pas durable : il vieillit rapidement et assez mal 
    • 25 tonnes de plastiques sont jetées chaque minute dans les océans, tuant 1 million d’oiseaux marins chaque année, étouffant des mammifères marins et poissons.
    • Incinéré ou enfoui, il pollue énormément
    • 480 milliards de bouteilles plastiques sont vendues chaque année, ainsi qu’une multitude d’emballages et d’objets en plastique 

     

    Vous l’avez compris, le plastique est un véritable poison pour notre planète. Vivre sans plastique n’est pas évident, mais possible. Voici quelques solutions pour sortir le plastique de vos vies pas à pas, ou à grand coup de balai.

     

    Vivre sans plastique dans la cuisine

    La cuisine est une véritable mine de plastique : emballages alimentaires, ustensiles de cuisine, récipients en plastique, film alimentaire, pailles… Il est possible de remplacer tous ces éléments par des matériaux plus respectueux de l’environnement. Voici quelques astuces qui vont métamorphoser votre quotidien du tout au tout : 

    • Utilisez des pailles en bambou ou en inox : elles sont adorables, et écolo-friendly. Terminé les apéros avec des pailles à usage unique. On oublie ces petites cochonneries  en plastique à usage unique et on sirote son smoothie ou son mojito dans une paille lavable et réutilisable pour sauver la planète et les fonds marins.
    • Limitez les emballages plastiques en faisant vos courses en vrac : il est possible d’acheter à peu près tous les produits secs et de nombreux autres produits en vrac. Stockés dans des bocaux en verre, ils vous permettront de réduire considérablement votre production de déchets plastiques.
    • Remplacez le film étirable : il existe maintenant des films alimentaires naturels lavables. En cire d’abeille, il s’achète sur le net, en magasin spécialisé ou se fabrique maison.
    • Troquez vos vieux ustensiles en plastique : privilégiez les ustensiles de cuisine en inox, en bois ou en bambou. Plus esthétiques, ils sont aussi conçus de façon moins agressive pour l’environnement et plus durables.

    Vivre sans plastique dans la salle de bain

    La salle de bain regorge elle aussi de matières plastiques. C’est également une pièce où il est assez facile de dire adieu à ses mauvaises habitudes : les produits réutilisables et sans plastique pour la salle de bain sont pleins d’atouts.

     

    • Optez pour une brosse à dents en bambou : la plupart des brosses à dents sont en plastique non recyclable. On change assez régulièrement de brosse à dents : imaginez la quantité de plastique jeté dans toute une vie, cela fait presque froid dans le dos. Les brosses à dents en bambou sont composées… Qui a la réponse ? De bambou, c’est bien ça, un bon point pour vous. Le bambou est un matériau qui pousse très vite et qui n’est pas polluant. Il vous permet d’obtenir de jolies brosses à dents biodégradables et respectueuses de l’environnement. Elles existent en différentes versions, toutes aussi adorables les unes que les autres : poils noirs, blancs, multicolores, à vous de choisir un modèle qui vous ressemble ! Pour plus d’hygiène, pensez à ranger votre nouvelle brosse à dent dans un gobelet en bambou écolo et à la glisser dans un joli étui pour voyager.
    • Utilisez des cotons tiges recyclables ou réutilisables : 30 milliards de coton tiges terminent leur vie dans les océans chaque année. Limitez votre production de déchets en optant vers un accessoire plus durable, ou plus écologique. Les cotons démaquillants ne sont pas en plastique, mais également jetés en quantité importante. Vous pouvez également les troquer contre des disques démaquillants réutilisables en chanvre ou en coton biologique, réutilisables pendant de nombreuses années. Ils se passent en machine et ressortent tout propres tout doux, prêt à nettoyer votre peau aussi assidûment qu’au premier jour. 
    • Fabriquez vos produits d’hygiène maison : les shampoings et dentifrices solides peuvent vous aider à chasser une bonne partie des emballages plastiques de votre salle de bain. Il est également possible de fabriquer sa lessive et son gel douche : ainsi, vous n’aurez plus besoin d’acheter de flacons en plastiques ; vous pourrez stocker vos produits dans un flacon, à remplir à chaque fois qu’il est vide, ou conserver vos produits dans des flacons en verre.

     

    Vivre sans plastique en faisant les courses

    Vous l’avez remarqué, les supermarchés sont de véritables nids à plastique. Il existe plusieurs solutions pour vivre sans plastique ou presque tout en faisant ses courses de manière simple et économique : 

    • Achetez en vrac : acheter vos céréales, votre farine, votre sucre, vos lentilles, pois chiches, biscuits et gâteaux apéritifs en vrac est tout à fait possible. Depuis plusieurs années, les magasins bios et certaines grandes surfaces offrent aux consommateurs la possibilité d’acheter des denrées alimentaires sans emballages plastiques. Les boissons, quant à elles, peuvent aussi être vendues en vrac ou contenues dans des bouteilles en verre réutilisables. Nous vous donnons toutes les astuces pour faire vos courses en vrac dans notre article “Comment faire mes courses en vrac”.
    • Pensez également à emmener vos propres contenants chez le boucher ou le poissonnier : certains commerçants accepteront avec plaisir d’y ranger vos produits alimentaires pour limiter les emballages plastiques.

    Vivre sans plastique à l’extérieur

    Vivre sans plastique à l’extérieur peut paraître difficile. En effet, rien que dans la vie professionnelle, nous sommes contraints à utiliser une importante quantité de plastique : bouteille d’eau, salades et sandwich, couvertes jetables… Pas de panique, nous n’allons pas vous conseiller de faire une croix sur votre pause déjeuner. Il existe de nombreuses alternatives au plastique pratiques :

    • Achetez des couverts en bambou ou en bois pour vos pauses déjeuner et vos piques-niques. Adieu les couverts en plastique jetés à la poubelle après chaque repas !
    • Utilisez un tote bag pour transporter votre déjeuner : ce sac cabas réutilisable est tendance et fonctionnel. Durable, il vous permettra de transporter tout ce que vous voulez de manière écologique.
    • Buvez dans une gourde en inox : les bouteilles et gobelets en plastique sont un véritable fléau pour l’environnement, comme vous avez pu le constater en lisant les chiffres communiqués en début d’article. Votre gourde en inox est réutilisable… Pique-nique en famille, séance de sport, journée au bureau, elle vous accompagnera fidèlement dans tous vos déplacements. 

     

    Vous l’avez compris, vivre sans plastique, matériau omniprésent dans notre vie, est difficile, mais pas impossible. En investissant quelques dizaines d’euros, vous pourrez vous procurer des produits plus respectueux de l’environnement et réutilisables. Un grand pas vers un mode de vie zéro déchet en perspective, et tout cela sans se priver : fonctionnels, les objets réutilisables sont également esthétiques et vendus à un prix tout à fait raisonnable. Faites vos calculs : votre investissement initial sera rapidement rentabilisé. De plus, les avantages d’une vie sans plastique (ou presque !) sont nombreux : 

     

    • Vos achats sont moins récurrents.
    • Vos produits peuvent être réutilisés pendant de nombreuses années.
    • Vous produisez moins de déchets et donc, vous contribuez à la préservation de l’environnement et luttez contre la pollution. Que demander de mieux ? 

     

    Les questions de Nousagi :

    Avez-vous pensé à vivre sans plastique ? Quels changements avez-vous opérés dans votre vie pour réduire votre utilisation de plastique ? 

    Que mettre dans le compost ? | Liste des déchets

    Que mettre dans le compost ? | Liste des déchets

    Lorsqu’on entreprend la démarche de consommer différemment, l’idée de faire du compost nous vient rapidement à l’esprit. Ceci est en effet une excellente manière de réduire le volume de ses poubelles. Mais alors, que mettre dans le compost ? Au moment de vous lancer, soucieux de bien faire, vous hésitez : peut-on mettre du pain dans le compost ? Peut-on y mettre de la viande, des tomates ou des bananes ? Si vous vous posez ces questions, vous êtes au bon endroit ! Dans cet article, nous allons élaborer ensemble une liste de ce qu’on peut mettre dans un composteur.

    Que mettre dans le compost ? 

    Vous souhaitez obtenir un potager naturel ? Sachez que tous les déchets végétaux du jardin ou de la cuisine sont bons à mettre dans le compost. Leur dégradation va créer un terreau très fertile qui fera un excellent engrais naturel pour vos plantes d’intérieur ou d’extérieur. 

    Voici une liste non exhaustive qui vous donnera un bon aperçu de ce qu’on peut mettre dans un composteur :

    • épluchures de fruits et légumes ;
    • fruits ou légumes abîmés (il se peut même que, grâce aux pépins, vous retrouviez de nouveaux plants dans votre compost l’année suivante) ;
    • coquilles d’oeufs broyées ;
    • marc de café ;
    • sachets de thé s’ils ne sont pas en matière synthétique ;
    • filtres en papier ;
    • pain en petits morceaux ;
    • tailles d’arbres et d’arbustes (pensez à les broyer) ;
    • feuilles ;
    • tonte (à laisser sécher avant pour éviter la putréfaction) ;
    • fleurs fanées ;
    • mouchoirs ; 
    • essuie-tout ;
    • litières d’animaux herbivores ;
    • urine ;
    • papier blanc ;
    • carton non traité (attention, les cartons produits outre-Atlantique ou en Asie reçoivent en général des traitements insecticides) ;
    • cendre de bois en petite quantité…

    Astuce : essayez de mélanger un maximum de matières différentes afin d’obtenir un compost riche et de bonne qualité.

    Éléments controversés : peut-on les mettre au compost ?

    Il existe autant de façons de faire du compost que de personnes qui possèdent un composteur. Certains ingrédients tels que la viande ou les agrumes sont en effet sujets à controverses. Les lignes qui vont suivre peuvent vous amener à réfléchir, mais au final, à chacun sa recette !

    La viande

    Que se passe-t-il dans la nature ? Les animaux morts, s’ils ne sont pas mangés par des charognards, finissent par se composter naturellement à même le sol. Ainsi, nous pouvons affirmer qu’il est possible de mettre de la viande au compost si on le fait en quantité raisonnable. Il n’est en effet pas question d’ajouter 3 moitiés de steak et 2 cuisses de poulet par jour dans son composteur sous prétexte que le repas n’a pas été terminé. Tout est question de proportion. 

    Une quantité trop importante de matières animales risquerait par ailleurs d’attirer les nuisibles.

    Les os et arêtes

    Tout comme la viande, les os et arêtes se décomposent dans la nature. Il est donc possible de les ajouter au compost si l’on prend soin de les concasser. Dans le commerce, nous trouvons d’ailleurs de nombreux engrais enrichis en matières animales telles que la corne broyée.

    Les agrumes

    Une trop grande quantité d’agrumes aura tendance à acidifier le compost et donc à ralentir la décomposition des matières. Mais, une fois encore, tout est question de proportion. Si l’on jette une clémentine dans la nature, celle-ci finira par se décomposer, il en sera de même dans le compost.

     

    Que ne peut-on pas mettre au compost ?

    Nous l’avons vu, la liste des déchets compostables est relativement longue mais il existe tout de même de nombreux déchets (biodégradables ou non) à ne pas mettre au compost. 

    En voici quelques exemples :

    • les végétaux traités chimiquement ;
    • les plantes malades ;
    • les mauvaises herbes montées en graines ;
    • le charbon ;
    • la cendre de charbon ;
    • la poussière d’aspirateur ;
    • le papier coloré ;
    • le verre ;
    • le métal ;
    • le plastique ;
    • les lingettes ;
    • les médicaments ;
    • les mégots ;
    • les couches ;
    • les pansements…

     

    Respecter l’équilibre azote/carbone

    Pour que le processus de décomposition se fasse au mieux, il est recommandé de respecter des proportions adaptées entre les matières azotées et les matières carbonées. L’idéal étant de mettre ⅓ de déchets carbonés pour ⅔ de déchets azotés

    Les déchets riches en azote

    Les éléments riches en azote sont jeunes, verts, frais et tendres tels que les fruits et légumes, les épluchures, les feuilles vertes, l’herbe…

    Ils sont très nutritifs, riches en éléments fertilisants et se décomposent très rapidement mais donnent au final peu de matière organique.

    Les déchets riches en carbone

    Les éléments riches en carbone sont secs, marron, durs et anciens comme par exemple le bois, la paille, les feuilles mortes…

    Ils se dégradent très lentement mais créent beaucoup d’humus. Leur texture rigide permet en outre d’aérer le compost.

    • Un trop plein de matières carbonées entraînerait un déficit en eau et bloquerait le processus de décomposition.
    • Un excès de déchets azotés entraînerait, au contraire, un surplus d’humidité responsable de fermentation, de pourrissement et de mauvaises odeurs. 

    Vous avez maintenant toutes les cartes en mains pour réaliser un compost de qualité prêt à booster la croissance de vos plantes. Pour aller plus loin, découvrez sans tarder notre article Comment faire mes courses en vrac ? qui vous aidera à alléger encore un peu plus vos poubelles.

     

    Les questions de Nousagi : 

    Que mettez-vous dans votre compost ? Est-il efficace ? Depuis quand avez-vous pris l’habitude de composter vos déchets ? 

    Comment faire mes courses en vrac ?

    Comment faire mes courses en vrac ?

    ” Je veux faire mes courses en vrac !” Est votre nouvelle devise ? Si vous êtes ici, c’est sans doute que vous aussi avez décidé de faire vos courses en vrac pour renforcer votre nouveau mode de vie zéro déchet. Vous êtes décidé à acheter vos produits en vrac mais ne savez pas comment faire ? C’est vrai qu’il y a de quoi être perdu : quels produits peut-on acheter en vrac ? Où faire ses courses ? Quel matériel pour transporter et stocker mes produits alimentaires ? Pas de panique : nous avons quelques bons tuyaux pour vous ! 

    Pourquoi faire mes courses en vrac ? 

    Vous souhaitez adopter un mode de vie zéro déchet ? Faire ses courses en vrac est une bonne astuce pour réduire la quantité d’emballages. Pour vous en rendre compte, pas besoin d’aller très loin. Rendez-vous devant vos placards et comptez le nombre de produits emballés qui s’y trouvent : il y en a sans doute énormément !

    Eh oui, ça peut aller très vite : 3 paquets de pâtes de différentes variétés, du riz, du quinoa, des pois chiches, de la semoule, des céréales, des fruits secs… Nos placards sont de véritables mines de plastique ! Avons-nous réellement de ces emballages ? Pas toujours. 

    Acheter en vrac permet de limiter le nombre de sachets plastiques et autres emballages pas vraiment écolo-friendly. En plus de contribuer à la réduction des déchets, cette nouvelle habitude vous permet de limiter le gaspillage alimentaire : en faisant vos courses en vrac, vous achetez seulement la quantité d’aliments dont vous avez réellement besoin. 

    Mes courses en vrac : quels produits peut-on acheter en vrac ? 

    On peut acheter de nombreuses denrées alimentaires en vrac. Voici une petite liste des produits que vous pourrez trouver : 

    • pâtes ; 
    • semoule ; 
    • épices ;
    • bonbons ; 
    • riz ; 
    • biscuits ;
    • café ; 
    • thé ; 
    • haricots ;
    • lentilles ; 
    • quinoa ; 
    • céréales et autres graines ; 
    • farine ; 
    • boissons ;
    • sirops ;
    • sucre ;
    • fruits secs …

    Vous l’avez compris, on peut presque TOUT acheter en vrac. Pour réduire encore plus les emballages plastiques, vous pouvez également acheter votre viande, votre poisson, votre lait, votre fromage et vos légumes directement en boucherie, poissonnerie ou chez les petits producteurs de votre région avec vos propres contenants (de préférence en verre).

    Une nouvelle manière de faire ses courses amusante, qui permet d’aller vers une consommation plus responsable. What else ?

    Où acheter mes courses en vrac ? 

    C’est une question que je me suis posée rapidement quand j’ai voulu faire mes courses en vrac. Moi qui avais l’habitude de faire mes courses exclusivement en supermarché, je me suis sentie un peu perdue : où acheter ses produits en vente en vrac

    Pour commencer, ouvrez grands les yeux. On n’y fait pas forcément attention, mais la plupart des magasins de grande distribution ont des rayons où il est possible d’acheter en vrac. Généralement, ces rayons se situent là où se trouvent les produits bio, les produits en vrac étant souvent issus de l’agriculture biologique.

    Sinon, vous pouvez vous rendre directement chez les producteurs locaux ou dans les épiceries spécialisées de votre région. Pensez également à aller au marché dès que possible : vous y trouverez de délicieux produits frais et une multitude de produits en vrac !

    Vous savez maintenant où faire vos courses en vrac. Passons maintenant à la pratique ! 

    Mes courses en vrac : bien s’équiper 

    Vous allez avoir besoin de matériel pour faire vos courses en vrac et stocker vos produits. Soyez rassuré : nul besoin de faire chauffer la carte bleue, le matériel nécessaire ne vous coûtera pas très cher.

    Commençons par le transport des produits : en magasin, on vous fournira des pochettes en papier. Essayez de les conserver : elles vous serviront pour vos futures courses ! Si vous achetez beaucoup de produits, pensez à emporter avec vous un sac en coton réutilisable. Sinon, vous devrez acheter un sac plastique en caisse. Un mauvais point pour votre démarche zéro déchet – zéro plastique. Soyez prévoyants. 

    Comme moi, vous êtes tête en l’air, du genre à vous rendre compte que vous n’avez pas de sac une fois en courses ? Pensez à glisser votre tote bag dans votre sac à main, ou à le laisser dans le coffre de votre voiture. Autre astuce pour ne jamais l’oublier : suspendez-le à votre poignée de porte d’entrée. Vous le verrez forcément en partant en courses et ne risquerez plus de l’oublier à la maison. 

    Passons maintenant au stockage de vos courses en vrac. Il n’est pas question de ranger vos céréales ou votre farine à même le placard. Achetez donc des contenants réutilisables ! Il s’en vend de toutes tailles et de toutes formes dans de nombreux magasins d’ameublement, de décoration. Personnellement, nous avons acheté une partie des nôtres à un prix dérisoire dans un magasin de meubles suédois que l’on ne citera pas, vous voyez le tableau.
    Attention, quand vous avez la possibilité de ne pas acheter, ne le faites pas. Consommer responsable, c’est aussi consommer moins, réduire sa consommation. Utilisez les contenants en verre vides que vous avez chez vous : bocaux, pots de confitures… Ces bocaux en verre font de super contenants une fois lavés. Pour les rendre plus esthétiques, vous pouvez même les customiser selon vos goûts ! 

    Mes courses en vrac : nos conseils pour débuter

    Vous savez maintenant tout des courses en vrac. Pourquoi acheter en vrac, où acheter ses produits, quel équipement est indispensable… Ne partez pas tout de suite : nous avons quelques conseils pour vous aider à débuter : 

    • Changez vos habitudes de manière progressive : en en faisant trop d’un coup, vous risquez de ne pas tenir longtemps, de vous sentir privé et de renoncer.
    • Avant de commencer, inspectez vos placards : cela vous permettra de faire le point sur les produits que vous consommez habituellement. Tout comme le shopping, les magasins d’aliments en vrac sont de véritables petites cavernes d’Ali-Baba : ne vous laisser pas aller à acheter des produits que vous ne consommerez jamais.
    • Finissez vos stocks : pas de gaspillage. Oui, vos produits sont emballés dans du plastique. Oui, le plastique c’est mal, mauvais pour la planète, mais il est important de finir vos produits avant d’en racheter. Cela évitera le gaspillage, mais aussi d’encombrer vos placards.
    • Pensez aux filets réutilisables pour acheter vos fruits et légumes, aux boîtes hermétiques pour votre viande, votre fromage et votre poisson.
    • Prévoyez vos menus à l’avance pour acheter seulement ce dont vous avez besoin.
    • Étiquetez vos bocaux avec le contenu de votre bocal et la date à laquelle vous l’avez acheté.
    • Vous réutilisez de vieux bocaux ? Pensez à les laver soigneusement et à les stériliser dans l’eau bouillante avant de les utiliser à nouveau.

     

    Les questions de Nousagi :

    Tu fais tes courses en vrac ? Arrives-tu à bannir le plastique progressivement de ton quotidien sans frustration ? Quels produits achètes-tu en vrac ?